[Lyreco]  [Allia]  [Faïencerie]  [Grès et Poterie]  [Artisans & Commerçants]

La Faïencerie            
            de Digoin

Site officiel de la faïencerie

   S'il est une date capitale dans l'histoire de Digoin, l'année 1876 est à retenir pour Digoin. Après la guerre de 1870, Sarreguemines se trouvait en territoire allemand et les propriétaires décidèrent de construire une usine en France. La région de Digoin a été choisie en raison de son emplacement au centre de la France : les matières premières viennent en effet de toutes les régions et les expéditions de produits finis s'en trouvent facilitées.

   A ce moment, la direction et le démarrage sont confiés à l'ingénieur Félix de Jubécourt, originaire de Lorraine qui s'installa en face de l'usine dans une bâtisse appelée " château " du Revernay.

   Succédant à l'ancienne manufacture située près de la Loire, les nouveaux ateliers, construits sur 11 hectares de terrain en dehors de la ville, en bordure du canal et de la voie ferrée, se développent rapidement et compteront jusqu'à 1 700 ouvriers et ouvrières (moins de 600 en mars 1981 et environ 200 en 1999). La clientèle dépasse vite le cadre régional, et un peu partout en France et même à l'étranger, on trouvera de la vaisselle portant l'estampille "Digoin et Sarreguemines ".

   Beaucoup de familles lorraines se fixent à Digoin, reconnaissables à leurs patronymes à consonnance germanique encore si nombreux de nos jours. En vingt ans, le chiffre de la population, passe de 3 000 à 6 000 habitants. Des cités ouvrières, des quartiers neufs aux rues rectilignes s'édifient ; le centre de gravité de la ville se déplace vers la gare et les usines dont les sirènes rythment désormais la vie.

   La poterie (1876) et surtout la Compagnie des Fours (1917) achèveront de donner à Digoin sa physionomie de petite ville industrielle et commerçante, un véritable complexe céramique si on ajoute la poterie de La Broche (1848), l'usine bordelaise (rue E. Dolet) et celle de Rio Chenet à Molinet (1907-1920).

Matières utilisées : argiles en provenance du Bassin de Provins, et Balls Clays anglaise, kaolin de Bretagne, sable de Decize, Nemours, galets de la Mache. - Combustibles : depuis juin 1959, les fours sont alimentés en gaz de Lacq. Dans les chaudières, on utilise du charbon de Blanzy.

   La faïence est d'abord produite en pâte molle appelée "masse " à partir des matières premières ci-dessus, le sable et les galets étant broyés.

   La pâte molle est façonnée selon divers procédés : coulage, calibrage et cuite une première fois dans deux fours continus dits "à biscuit ", à une température de 1250°. La faïence biscuitée est ensuite choisie, décorée ou non, émaillée dans un bain avec un émail transparent très dur, et cuite dans trois fours à moufles, les articles devant être protégés de la flamme.

   A la sortie des fours à émail, les articles sont choisis : une partie va directement au magasin commercial pour être stockée et expédiée, le reste est décoré soit en lithographie, sur ou sous l'émail, peinture à la main sur émail.

 


[Actualité]  [Tourisme]  [Vie locale]  [Economie]  [Mairie]  [Nous contacter]  [Liens utiles]

© Copyright - Tous droits réservés Mairie de Digoin